Quarante-neuf personnes sont mortes en Italie à cause du coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le chef de la protection civile italienne, Angelo Borrelli, qui a fourni les dernières données sur la crise nationale COVID-19.

L’Italie a vu 49 personnes de plus mourir à cause du coronavirus, ce qui porte le nombre de morts de 148 jeudi à 197 vendredi, selon l’annonce quotidienne de la protection civile.

De plus, 4.636 personnes ont été confirmées infectées par le coronavirus vendredi, ce qui représente une augmentation de 778 personnes par rapport à jeudi.

Les données récemment publiées par la protection civile révèlent également que toutes les régions d’Italie sont désormais infectées par le coronavirus, la majorité des cas étant concentrés dans les régions du nord de l’Italie, telles que la Lombardie (2 612), l’Émilie-Romagne (870) et la Vénétie (488).

En outre, le nombre de patients en soins intensifs en Italie est passé de 351 jeudi à 462 vendredi, selon un rapport de La Repubblica, qui ajoute que des sources gouvernementales parlent de « milliers » d’embauches dans les hôpitaux pour faire face à l’urgence, et que la disposition relative à l’embauche de médecins et d’agents de santé pourrait être soumise au Conseil des ministres dès vendredi soir.

Les nouvelles embauches devraient coûter 1,5 milliard d’euros sur le budget de 7,5 milliards d’euros annoncé par le gouvernement italien comme première mesure pour faire face à la crise du coronavirus, rapporte La Repubblica.

Comme le virus continue de se propager dans tout le pays, le gouvernement italien a également ordonné que toutes les écoles du pays soient fermées jusqu’à la mi-mars.

Parmi les cas confirmés de coronavirus en Italie, « 11,28% du total des personnes infectées se sont rétablies, tandis que 4,25% sont mortes », a déclaré M. Borrelli, qui aurait reporté à samedi sa décision sur l’éventuelle extension des zones de quarantaine en Italie.

Il pourrait y avoir des conséquences pour ceux qui violent les zones de quarantaine, selon le président de l’Istituto Superiore di Sanità (ISS) – le principal organe technico-scientifique du Service national de santé italien – Silvio Brusaferro, qui demande au peuple italien de se conformer à ses directives pour éviter la propagation du coronavirus.

« Les personnes asymptomatiques positives en quarantaine ne doivent pas se rendre dans des lieux publics avec des amis », a déclaré M. Brusaferro. « Il y a une responsabilité précise de ne pas [violer la quarantaine]. Nous étudions les conséquences de tels actes ».

Lundi, un homme de 71 ans infecté par le coronavirus s’est échappé d’un hôpital près de Milan et a hélé un taxi comme voiture de fuite. Les autorités italiennes ont retrouvé le taxi et ont appréhendé l’homme, qui s’était rendu jusqu’à son domicile à Casnigo – à environ 70 miles de son hôpital. Le chauffeur de taxi, qui n’était pas au courant de la situation, s’est mis en quarantaine.

Entre-temps, le premier cas de coronavirus a été confirmé au Vatican, et tous les services ambulatoires ont été suspendus, rapporte La Repubblica.

« Ce matin, tous les services ambulatoires de la Direction de la Santé et de l’Hygiène de l’Etat de la Cité du Vatican ont été temporairement suspendus afin d’assainir l’environnement suite à un patient testé positif au COVID-19 hier », a déclaré le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni.

« Toutefois, l’unité de premiers secours reste en activité », a ajouté M. Bruni. « Le département de la santé et de l’hygiène fournit des informations aux autorités italiennes compétentes, et entre-temps, les protocoles sanitaires prévus ont été mis en place ».