dimanche 17 octobre 2021
Camarades Mélenchonistes, où est passé votre esprit critique

Camarades Mélenchonistes, où est passé votre esprit critique ?

0

Autant le préciser tout de suite : non, ceci n’est pas un titre troll, ni même une énième provocation de ma part, bien au contraire. En général, j’éprouve un certain respect pour ceux qui se revendiquent de la « France Insoumise », tout simplement parce qu’on était ensemble dans de nombreuses manifestations, que ce soit lors de la mobilisation contre la loi travail, ou même avant cela, contre la réforme des retraites mise en œuvre par Sarkozy et toute sa clique.

J’en viens donc à me demander, aujourd’hui, en 2017, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle : où est donc passé votre esprit critique ?

Vous qui saviez dénoncer avec justesse les pires réformes que l’on a subies, vous qui saviez vous bouger le cul, argumenter, vous mobiliser, créer le débat et j’en passe, tout cela semble bien loin. Aujourd’hui, votre seul et unique mot d’ordre, c’est le ralliement derrière votre idole absolu : Jean-Luc Mélenchon.

Je pourrais m’étendre longuement sur le personnage, mais je l’ai déjà fait à de nombreuses reprises, allant de ses années passées au PS à la trahison qui a consisté à appeler à voter Hollande en 2012 (on a vu ce que ça avait donné, et pourtant la vraie « gauche de la gauche » dénonçait déjà cette escroquerie).

Votre premier argument consiste à nous répéter en boucle qu’il faut s’attacher au programme, que tout est dedans, qu’il est la solution à tout, une sorte de livre d’or qui viendrait résoudre tous nos problèmes, comme ça, d’un coup de baguette magique. Si vous aviez conservé votre esprit critique ou simplement votre curiosité, vous seriez allés fouiller dans le programme d’anciens candidats de gauche… Vous vous souvenez de cet Hollande « ennemi de la finance » ? Et le programme TRÈS à gauche de Mitterrand en 1981 ? Demandez à vos parents s’il le faut, un espoir immense régnait dans la population à l’époque, et le résultat, on le connaît : une gauche qui s’écroule et un FN qui prend une ampleur phénoménale, des fermetures d’usines à gogo, et surtout un plan de rigueur en 1983. Tout ça pour vous dire que non, un programme ne fait pas tout, car ce programme, il faut l’appliquer, et pour l’appliquer, il faut avoir envie de l’appliquer, donc de tenir ses promesses, ce que, on le sait bien, tous les politiques ne font jamais ! En appelant à tomber une nouvelle fois dans le piège de l’élection, vous semez de fausses illusions et vous êtes parfaitement conscients de cela puisque vous êtes aujourd’hui les premiers à dénoncer le PS…

« C’est mieux lui qu’un autre », oserez-vous me rétorquer. À ce petit jeu, difficile de savoir à quelle sauce on va être dégusté. Ce que je sais en revanche, c’est que lorsque vous avez voté pour Hollande en 2012, vous l’avez fait en vous disant que ça ne pourrait pas être pire que Sarkozy… Au final, le quinquennat de Hollande a été le plus désastreux de la Vè République, une véritable catastrophe à tous les niveaux, et un énorme recul sur les acquis sociaux (coucou la loi travail). On ne sait pas ce qu’aurait fait Sarkozy à sa place, mais on sait maintenant qu’on a pris cher, très cher, pendant 5 ans.

« Avec Mélenchon, on change de système, on passera à la VIè République ». Encore un argument que vous aimez recracher. En supposant que cette promesse soit tenue (je n’y crois pas un instant), au nom de quoi la VIè République serait mieux que les cinq précédentes ? Souvenez-vous de la Ière République durant la Révolution Française, ou même, plus récemment, de la IVème République, établie à une période où le PCF était le plus puissant de France ! Quelques progrès tout au plus, mais sur lesquels on est en train de reculer depuis les années 80. Une nouvelle République ne changera rien au capitalisme et à l’exploitation qui en est la base.

Je pourrais continuer très longtemps, en dégommant votre argumentaire bêtement répété et issu des vidéos YouTube de votre Dieu vivant. Je trouve cela tellement dommage de s’aveugler volontairement et de voir en Mélenchon le messie tant attendu (on a vu ce que ça avait donné dans le passé, un tel raisonnement). Et voilà que vous vous énervez lorsque l’on compare Sa Majesté Jean-Luc à Marine Le Pen, mais force est de constater qu’ils se retrouvent sur beaucoup de points : sortie de l’Europe, haine des travailleurs étrangers, drapeau français et hymne national mis en avant, amitié avec Poutine, dénonciation de la politique de « Madame Merkel », populisme etc…

Il ne faut pas se tromper : Mélenchon n’est pas de notre côté. Il défend la France et ses capitalistes, ne s’attaque jamais au pouvoir des banques ou du CAC 40, et lorsqu’il tente de flatter le peuple, ce n’est que par pure démagogie. Il n’est pas du tout « anti système », il vit et profite même de ce système, lui, le millionnaire, député européen, franc-maçon, qui trempe dans les affaires politiques depuis plus de trente ans (si Médiapart et Le Canard Enchainé n’étaient pas à ses pieds, nul doute qu’ils trouveraient de jolies casseroles sur cet imposteur !). Le culte de la personnalité qui entoure votre candidat est tout aussi dégoûtant, et le plus dur sera sans doute la chute, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. Espérons au moins que vous redescendrez de votre petit nuage et que vous n’appellerez pas à voter au second tour si nous avons le choix entre Macron, Fillon ou Le Pen…