jeudi 22 avril 2021
Primaires à droite donne la patte, on s’occupe de tout

Primaires à droite : donne la patte, on s’occupe de tout

0

Les Français sont rassurés. Nous sommes le vendredi 14 octobre 2016 et sur la France souffle un agréable vent doux et léger, celui de la satisfaction face à un avenir proche qui s’annonce radieux. Pour une fois, nos chers médias diffusent de la joie et du bonheur dans notre petit écran de télévision. Les « experts » et autres « consultants politiques » parviennent rapidement à se mettre d’accord, la paix est revenue dans notre beau pays, le sauveur suprême n’est plus très loin, et il s’apprête à faire de nous des gens comblés. Merde. Qu’est-ce que je raconte en fait ?

Bordel, vous étiez pourtant cinq millions à fusionner dans votre canapé pour boire les paroles de vos idoles hier soir ! Évidemment, je parle de ce fameux débat en vue des primaires de la droite plus ou moins républicaine, plus ou moins xénophobe, plus ou moins anti pauvres, dans son ensemble. Cette bonne vieille droite saucisson-vin-fromage, décomplexée de tous les côtés, qui veut engraisser le patronat, foutre les prolos au boulot coûte que coûte et virer du territoire tout ce qui n’est pas assez blanc à son goût.

Cela faisait des mois que les Français l’attendaient, ce fameux débat. Le concept des primaires est simple : choisir lequel des personnages célèbres de la droite défendra leurs idées réactionnaires lors des prochaines élections présidentielles. De quoi ont-ils parlé ces rois de la démago ? Du chômage ? Des salaires ? Loyers ? Des problèmes du quotidien ? De leurs solutions éventuelles ? Pas vraiment. Enfin, il faut bien caresser l’électeur moyen dans le sens du poil, c’est normal. Mais non, ces loubards assoiffés de voix étaient surtout présents pour se mettre en avant, quitte à balancer n’importe quel mensonge plus gros que lui (n’est-ce pas Monsieur Sarkozy qui prétend avoir bénéficié de cinq non-lieux…).

En fait, la principale information qu’il faut retenir de ce passionnant échange, c’est qu’il n’a strictement rien changé aux sondages. Tonton Juppé, aka l’homme au casier judiciaire plus long qu’une thèse de philo, continue de dominer, doucement mais sûrement. Il est talonné (pardon) par l’ancien pire Président de la Vè République, la star du Fouquet’s, l’excité du costard, le déglingo de la paire de Ray-Ban, le recycleur de mannequin usagée par Fabius, j’ai nommé Maître Sarkozy. Suivent d’autres, dont on se fiche presque autant que le nom de la diététicienne de François Hollande.

Pour citer ce bon vieux Charles : « Décidément, les Français sont des veaux ! » On leur offre de la soupe au vomi, et ils sont contents parce que ça leur réchauffe le ventre. Après avoir été violés de tous les côtés pendant 5 années de droite au pouvoir entre 2007 et 2012, les voilà qui sont prêts à baisser leur froc une nouvelle fois, persuadés que de toute façon, ça ne sera pas pire que Flamby (ou Marine). Bonjour tristesse.

Je plaçais déjà relativement peu d’espoir dans les prochaines élections, mais plus ça approche, et plus j’ai l’impression que les électeurs n’ont pas retenu la leçon. À droite comme à gauche, l’histoire se répète. On vous a pris pour des cons, mais après tout, à quoi bon s’en priver, tant que vous glissez les mêmes bulletins dans les urnes…